Archives de la Catégorie : Humeurs

Petit rappel : nous ne recueillons pas les chats des particuliers!

 

Vous êtes un particulier et souhaitez donner votre chat / vos chatons? Inutile de nous contacter, notre réponse sera toujours la même, notre association s’occupe EXCLUSIVEMENT des chats errants!

surprised cat

 

Petite mise au point face au nombre important de messages que nous recevons chaque jour par téléphone, sur Facebook et sur notre boîte mail :

L’association Saint-Quentin Félins​ NE PREND PAS EN CHARGE LES CHATS OU CHATONS DE PARTICULIERS, peu importe la raison. On s’occupe exclusivement des chats errants ou des chatons nés à la rue.

-Si vous avez des chats à donner, c’est votre responsabilité et nous ne les prendrons pas en charge.

-Si vous avez laissé naître des chatons car vos animaux ne sont pas stérilisés, c’est également votre responsabilité. Si vous ne souhaitez pas les garder, il fallait faire stériliser vos animaux avant (mais il n’est jamais trop tard pour éviter une future portée!). Même si vous parvenez à placer tous les chatons dans des familles, quelles garanties avez-vous qu’ils seront tous bien traités et qu’ils ne seront pas abandonnés par la suite ? Comment savoir si les adoptants ne vont pas négliger ces animaux ? Vont-ils à leur tour les laisser se reproduire sans contrôle, aggravant de ce fait le problème de surpopulation féline ?

C’est précisément à cause de la négligence de certains propriétaires que tant de chats se retrouvent à survivre à la rue dans des conditions déplorables. Si vous n’avez pas les moyens de faire stériliser votre animal, vous n’avez peut-être pas suffisamment anticipé le coût que représente un animal de compagnie? Si votre femelle fait une portée, imaginez que vous ne puissiez pas donner tous les chatons. Qu’allez-vous faire alors ? Les tuer? Les garder ? En aurez-vous les moyens ? Mieux vaut mettre un peu de côté chaque mois pour pouvoir financer la stérilisation de son animal, et ainsi lui éviter bien des mésaventures et des complications.

Une chatte non stérilisée et abandonnée va se reproduire, et ses chatons seront très certainement sauvages car ils n’auront pas été en contact avec des humains. Certains de ces chatons vont mourir de faim ou de maladie, d’autres vont survivre dans des conditions très difficiles. Si nous ne pouvons pas les récupérer rapidement, ils resteront sauvages et se reproduiront à leur tour. Impossible alors de les recueillir et d’envisager une sociabilisation. Et il faut savoir que des chats errants se reproduisent très rapidement! Voici une illustration :

reproduction-proliferation-chat

Vous ne nous croyez pas? Voici un exemple très concret :

En juin 2012, on nous a contacté pour nous signaler plusieurs chats vivant dans la cour d’une maison près de la rue de Paris. Une femelle non stérilisée avait été abandonnée suite à un déménagement, et elle avait fait une première portée dont deux femelles qui étaient restées vivre avec elle. Ces trois femelles (la mère et les deux chattes sauvages) ont ensuite fait une portée chacune, et lorsque nous sommes intervenus il y avait 13 chatons à prendre en charge! (on peut en voir certains sur les photos suivantes)

DSC_0605   DSC_0609 DSC_0608DSC_0612 DSC_0607

Par chance, nous avons pu recueillir tous les chatons ainsi que la mère sociable et une des deux femelles sauvages, et comme tous ces chats étaient régulièrement nourris par des humains, ils ont pu être sociabilisés (avec plus ou moins de difficultés…). Mais la deuxième chatte sauvage est restée sur place et a disparu depuis..

Pour toutes ces raisons, nous n’encourageons pas les particuliers à laisser reproduire leurs animaux et nous refusons catégoriquement de les aider à placer les chatons, peu importe les justifications. Si les propriétaires irresponsables avaient plus de difficultés à donner les chatons d’une portée indésirable, ils y réfléchiraient à deux fois avant de laisser leurs animaux se reproduire! Mais tant qu’ils pourront se débarrasser de chatons facilement et sans respecter la loi (« Les chiens et chats, préalablement à leur cession, à titre gratuit ou onéreux, sont identifiés par un procédé agréé par le ministre chargé de l’agriculture mis en œuvre par les personnes qu’il habilite à cet effet. […] L’identification est à la charge du cédant. » Article L-214-5 du Code Rural), il y aura toujours plus de chats non stérilisés à la rue…

Dès lors qu’un animal vit chez vous (même s’il s’agit d’un chat errant que vous avez recueilli) si vous souhaitez le garder il est sous votre responsabilité et vous devez être en mesure d’en prendre soin jusqu’au bout. C’est aussi à vous de prévoir ou d’empêcher une éventuelle portée de chatons si vous laissez vos animaux se balader dehors. Il est inutile de nous contacter pour nous demander de l’aide dans ces cas là, et nous refuserons également de diffuser votre annonce car l’adoption de nos chats est prioritaire et vitale pour la survie de notre association. Nous n’allons pas passer à côté d’une adoption potentielle simplement pour que vous puissiez abandonner vos animaux plus facilement.

Et si vous trouvez tout cela injuste, posez-vous cette question. Pourquoi une association devrait vous décharger de vos responsabilités ?

La réelle injustice serait de vous venir en aide au détriment de tous les chats errants qui ont vraiment besoin d’être secourus.

La saga du persan

Allez, il y a longtemps qu’on n’a pas alimenté ce blog en potins :

JEUDI MATIN, appel d’un monsieur désemparé : il a vu sortir ses voisins, le chat sous le bras et les gamins en pleurs. Ils s’apprêtaient à abandonner le chat, au motif que le père ne le « supportait plus ». Le brave voisin , leur demandant d’attendre un peu, nous a appelés à la rescousse.

Hésitations… tergiversations… car nous ne cautionnons JAMAIS, au grand jamais, un abandon. Seulement, ce chat est un persan : il trouvera vite preneur. Isabelle le récupère donc et apprend que le chat, initialement acheté par une personne dépressive, a été revendu à ces gens pour 300€. Il est âgé de 1 an 1/2, un peu apeuré mais très gentil.

JEUDI SOIR : le persan en question est dans un sale état : poils emmêlés (jamais brossé, évidemment) et diarrhée +++. Il reçoit les premiers soins (et une part de tarte aux pommes qu’il a jugé bon de prélever lui-même, ce qui n’a sans doute pas arrangé les choses, mais on lui pardonne).

JEUDI SOIR (plus tard) : la femme appelle à nouveau, les gosses sont en pleurs et ils veulent récupérer le persan. Isabelle, prudente, tâche de s’assurer que le mari est bel et bien d’accord et lui demande de rappeler pour confirmer.

VENDREDI MATIN : pas de nouvelles du mari, le chat est donc emmené chez la vétérinaire. Ses poils sont trop emmêlés pour être simplement brossés, il est donc décidé de le raser en partie sous anesthésie.

VENDREDI MIDI, le propriétaire se manifeste enfin : il veut récupérer le persan. Isabelle explique qu’il est chez le véto pour le minimum de soins qu’il aurait du recevoir depuis longtemps, et qu’il y aura une facture à régler. Il semble OK.

VENDREDI APRES-MIDI : on en discute entre nous, pas chaudes pour le leur rendre (d’autant qu’ils n’en sont pas propriétaires légalement, le changement d’identité n’ayant jamais été fait). On décide de demander non seulement le règlement de la facture véto (normal), mais aussi des frais de garde (ça leur fera les pieds) et des contrôles réguliers pour s’assurer qu’ils en prennent bien soin.

SAMEDI MATIN : nouvelles explications. Est-ce le montant de la facture ou la perspective des contrôles ? On ne sait pas trop… mais toujours est-il que ces braves gens ont changé d’avis : ils ne veulent plus de leur chat. Celui-ci reste donc en accueil quelques jours, le temps de la quarantaine réglementaire, puis sera proposé à l’adoption.

Si vous aviez encore un doute sur le contenu de nos journées, surtout, perdez-le : on n’a pas le temps de s’ennuyer !

Chat de ménage

Leonard-humeurs

Les Esclaves

« Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et bien entendu, il trouva que c’était bien. Et c’était bien, d’ailleurs. Mais le chat était paresseux. Il ne voulait rien faire. Alors, plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l’homme.

Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d’esclave jusqu’à la fin des temps. Au chat, il avait donné l’indolence et la lucidité; à l’homme, il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail. L’homme s’en donna à coeur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l’invention, la production et la consommation intensive. Civilisation qui n’avait en réalité qu’un seul but secret : offrir au chat le confort, le gîte et le couvert.

C’est dire que l’homme inventa des millions d’objets inutiles, généralement absurdes, tout cela pour produire parallèlement les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le plat à sciure, le pêcheur breton, le tapis, la moquette, le panier d’osier, et peut-être aussi la radio puisque les chats aiment la musique. Mais, de tout cela, les hommes ne savent rien. A leurs souhaits. Bénis soient-ils. Et ils croient l’être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des chats. »

Jacques Sternberg, Contes Glacés